Mieux comprendre le principe de l’assurance retraite

L’assurance retraite a été créée en 1945 grâce à l’apparition de la Sécurité Sociale. Pour faire simple, il s’agit d’un service qui assure un revenu aux travailleurs retraités de tous les secteurs. Tout cela s’accompagne de diverses conditions. Cependant, l’assurance vieillesse constitue un sujet complexe pour la plupart des individus. Elle se prépare donc dès la jeunesse. De plus, des reformes y sont appliquées à certaines occasions. Le principe et les essentiels de l’assurance retraite nécessitent ainsi d’être revus et compris. 

Définition et caractéristiques de l’assurance retraite

L’assurance vieillesse est définie comme la pension perçue par un travailleur quand il atteint l’âge légal de la retraite, 62 ans. Certains employés peuvent anticiper un départ au plus tôt de la retraite sous certaines conditions. Chaque année, le taux de cotisation versée pour la préparation de la pension est actualisé. Il est formé par la part patronale et la part salariale.

Il existe trois régimes d’assurance vieillesse : celui pour les salariés du secteur privé, celui pour les travailleurs indépendants ou libéraux et celui pour les employés du secteur public. Le premier et le troisième cas sont des souscriptions obligatoires de la mission des entreprises pour leurs salariés. Le deuxième est une souscription individuelle effectuée par le travailleur libéral.

Ces trois régimes possèdent des caractéristiques communes, à savoir les retraites de base et complémentaires. Par contre, ils se distinguent par leur taux, le nombre et la nature d’assurances complémentaires à part. Ces dernières sont propres à chaque service et sont disponibles sur des plateformes telles que le site www.solidairesfindevie.fr.

L’assurance retraite de base

L’assurance retraite de base est une cotisation versée par le travailleur durant sa vie professionnelle active. Une fois la retraite atteinte, elle est versée à la personne sous forme de pension. Vu de ce point, son principe de fonctionnement semble simple. Toutefois, au fond, il y a la notion de solidarité intergénérationnelle ou le système de répartition qui régit l’assurance vieillesse de base. En d’autres termes, la pension perçue par une personne âgée est payée par la cotisation des travailleurs actuels.

La cotisation est une sorte de caisses dont une personne peut être affiliée à une caisse au minimum. Un taux plein est attribué à chaque régime d’assurance vieillesse de base. Pour voir leur montant de retraite de base augmenté, certains travailleurs continuent à exercer après leurs 62 ans. Une entreprise ou un employé libéral peut choisir son acteur de régime de retraite de base. De nombreuses caisses professionnelles particulières de prévoyance sociale sont à leur disposition. Pour le cas des fonctionnaires, ils sont rattachés, soit au service des Pensions de l’État, à celui de la CNRACL ou du FSPOEIE.

Les conditions à respecter pour bénéficier d’une assurance retraite de base

Les principales conditions à remplir pour toucher l’assurance vieillesse de base adéquate sont l’atteinte de l’âge légal et le versement de cotisation. Il existe tout de même des exceptions qui bénéficient d’une retraite anticipée telles qu’une personne handicapée ou un employeur avec de longues années de services. Ce privilège s’acquiert après une demande validée.

Dans certains cas, un travailleur retraité ne perçoit pas un taux plein de sa retraite de base. Tel est le cas pour le non-respect des nombres de trimestres et le départ anticipé. C’est ce qu’on appelle une décote. Néanmoins, si une personne âgée de 62 ans n’a pas respecté le nombre de trimestres requis, la décote ne lui sera pas appliquée. Dans le cas où un salarié exerce une activité secondaire, d’autres conditions s’ajoutent à ses régimes de cotisations et notamment pour faire valoir ses droits.

Le calcul de la pension de base

Il n’existe pas de formule universelle pour déterminer le montant de l’assurance de base d’un individu partant à la retraite. De nombreux paramètres interviennent, à savoir : le salaire annuel de la personne, la durée de son assurance, son statut dans son univers professionnel, entre autres. Toutefois, le calcul se base principalement sur les cotisations versées et les trimestres validés. Des fois, les périodes comme le chômage, les congés maladie et/ou maternité, etc. sont pris en compte dans le calcul.

En ce qui concerne la retraite complémentaire, elle est également obligatoire. Son calcul est basé sur un système de points obtenus par le travailleur jusqu’à ses 62 ans. La pension générale est obtenue par l’addition de l’assurance retraite de base et des retraites complémentaires.

L’assurance vieillesse est destinée à garantir une rentrée d’argent aux travailleurs âgés. Par ailleurs, des difficultés sont rencontrées lors de la préparation des dossiers et de la détermination du montant de la pension. Il est à noter que l’assurance retraite est différente du plan d’épargne retraite ou PER. En effet, un travailleur peut opter pour un PER outre la souscription obligatoire à une assurance vieillesse. Il existe d’ailleurs d’autres solutions permettant d’avoir plus de revenus à la retraite auprès des compagnies d’assurance.

L’habitat participatif, la solution intergénérationnel pour vieillir à domicile
Seniors : quelles solutions pour des repas à domicile ?